Thomas Drimm, tome 1 de Didier Van Cauwelaert

Thomas Drimm tome 14ème de couverture :

[saut] »J’ai 13 ans moins le quart et je suis le seul à pouvoir sauver le monde
si je veux. »

Publié en 2009 chez Albin Michel.
Réédité en 2010 avec une nouvelle couverture (voir à droite)

392 pages


[saut]Mon avis tombe un dimanche

[saut]Je vous présente aujourd’hui une saga -presque- coup de coeur. « Presque » parce que, quand on hésite à estampiller un livre de ce noble badge, c’est que ça n’en ait pas un ! Mais il s’en ait fallu de peu.
[saut]Thomas Drimm est l’oeuvre de Didier van Cauwelaert, un auteur qui a quand même reçu le prix Goncourt en 1994 pour Un aller simple. Ok, c’était y a une éternité mais ça montre quand même que cet homme-là n’a pas écrit que de la jeunesse, a de la bouteille et peut apporter une touche adulte à un livre jeunesse.
[saut]Et ça se sent dès le départ, l’univers de Thomas Drimm n’est pas enfantin. Van Cauwelaert a créé un monde pas si futuriste et imaginaire que ça a en à l’air. C’est intelligent et sarcastique. C’est une sorte de version exagérée du monde d’aujourd’hui. Ca m’a un peu fait penser à 1984 avec Big Brother. On est donc dans une société de consommation qui dirige tout. Plus on avance dans le bouquin, plus on découvre les rouages du système. C’est passionnant. Comment et de quel manière, je vais vous expliquer.
[saut]Thomas est un enfant obèse, son père est alcoolique, sa mère est psy au casino du coin. Elle doit s’occuper des gagnants de l’établissement, pour qu’ils ne pétent pas les plombs. Sa carrière est importante pour elle et elle a déjà trompé son mari. Même Thomas le sait. Un après-midi, il va jouer avec son cerf-volant XR9 (ouais, ça fait très R2D2 mais en fait, il a rien d’exceptionnel). Une tempête se lève, un vieil homme lui dit bonjour et patratra, tout à coup, le cerf-volant tombe…. pile-poil sur le bonhomme et le tue ! Thomas ne sait pas quoi faire ! Son père va le tuer, il lui avait acheté son cerf-volant ! Mais Thomas n’est pas bête, il prend les cordes du cerf-volant, les attache d’un côté, à un petit bateau qui s’en va et de l’autre, au vieillard. Le bateau part avec le corps. Plus de trace, Thomas rentre à la maison. Il a 12 ans et c’est un meurtrier !
[saut]Mais voilà, l’histoire ne s’arrête pas là. Quand il rentre dans sa chambre le soir, son nounours commence à lui parler ! Le vieillard qu’il a tué n’est pas mort psychiquement et son esprit s’est rematérialisé dans la peluche ! Il lui explique alors qu’il est Léo Pictone, l‘inventeur des puces électroniques que toute personne de plus de 13 ans doit porter (pour capturer l’énergie de la personne, énergie qui sera restituer à des machines à sa mort… oui, c’est assez complexe). Pictone lui demande alors son aide pour sauver le monde ! Bam !
[saut]Si ça, c’est pas du début fracassant et vous donne pas envie de lire le bouquin, je mange mon chapeau. Je me suis franchement bien marré pendant toute la première partie. L’univers est franchement décalé, y a beaucoup de piques sur la société d’aujourd’hui. Je pense qu’on peut lire ce livre pour l’histoire en elle-même mais y a de quoi réfléchir aussi sur certaines remarques de l’auteur. Quelques exemples valent mieux que de longues paroles :
[saut]C’est vrai qu’il y a une loi qui s’appelle la Protection de l’Enfance : lorsqu’on n’a pas d’enfants, on a le droit de divorcer. (page 13)

[saut]De toute façon, avec un père qui boit, je n’ai pas d’avenir : il parait que c’est héréditaire, et qu’on attrape l’alcoolisme dans le ventre de sa mère. Sauf qu’il s’est mis à boire après ma naissance, mais ça ne fait rien : c’est marqué dans mon dossier scolaire et, avec un truc comme ça, je n’irais jamais bien loin. C’est toujours un fils de non-buveur qui obtiendra à ma place le travail que je demande. A force d’être refusé, je finirai par me mettre à boire moi aussi; je deviendrais héréditaire  et comme ça, tout rentrera dans l’ordre, je ne ferais plus mentir mon dossier. (page 14)

[saut]La première moitié du roman est gorgée de petites remarques dans le genre. J’ai trouvé que cela s’estompait en avançant dans le récit. Je trouve ça dommage et cela explique surement beaucoup mon -presque- coup de coeur. Peut-être que le roman commence trop fort et finit moins bien.
[saut]Mais ne vous y trompons pas, c’est quand même un must de la littérature jeunesse. C’est divertissant et intelligent à la fois. L’autre point fort, c’est les personnages. Ils sont plutôt ambiguës, on hésite quelques-fois à les cataloguer « bon » ou « méchant », même pour des personnages majeurs comme Thomas ou encore Léo Pictone, l’inventeur dans le nounours. Il y a également Brenda, la voisine de 28 ans de Thomas dont il est follement amoureux. Vous voyez que ce trio d’héros est atypique, tout comme leurs aventures.
[saut]Thomas Drimm, c’est donc une saga que je vous recommande chaudement, que vous ayez 12 ans, 28 ans ou 77 ans. Le tome 2 est paru ce mois-ci aux éditions Albin Michel. Je vous en dis plus très bientôt ! J’espère l’avoir lu avant d’aller au Salon jeunesse de Montreuil (début décembre) car j’ai vu que M. Van Cauwelaert y venait en dédicaces (après avoir galéré longtemps sur le site internet le plus mal conçu que j’ai pu voir ce mois-ci… cliquez sur le lien, vous verrez le labyrinthe, faut taper au pif pour trouver rien que la liste des éditeurs et des auteurs qui vont à ce salon). Enfin, bref, le tout, c’est de se plaire dans ce genre d’évènement. Je trouverais peut-être de nouvelles pépites là-bas, pour les convertir ensuite ici en chronique.

[saut]Note globale : 9 / 10

Fiche du livre sur Livraddict

  3 commentaires

  1. Avatar
    Jérôme
    22 novembre 2010 at 6 h 15 min

    Maleureusement, le second volume est beaucoup moins bon. Une grosse décption pour moi !

  2. Avatar
    Pikachu
    23 novembre 2010 at 10 h 35 min

    Je me rappelle avoir vu ce livre chez Carrefour un jour où je faisais les courses (pas de "quand j'étais petite", mais pas loin ;) ). Il m'avait l'air tentant, et ton avis ne peut que m'inciter à l'ouvrir… Je regarderai s'il est à la bibliothèque (parce que je n'aime pas la couverture de la nouvelle édition et que si jamais j'aime et que je veux lire la suite, je serai coincée) !
    Beau billet Baba (comme d'hab') !

  3. Avatar
    Pikachu
    24 novembre 2010 at 23 h 34 min

    Je te rajoute un commentaire pour te dire que… bah je t'ai tagué (et Jess aussi ^^). 'All I want for Christmas'. Je ne comprends pas trop le but, mais ma foi pourquoi pas !
    (Joyeux anniversaire ;))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.