Mois, c’est moi 2×04 Avril sans fil

Le mois d’avril a été plutôt tranquille alors même que j’avais pris une petite semaine de congé au début du mois pour décompresser un peu. Je ne suis pas parti en vacances, j’en ai profité pour faire un peu de rangement, me reposer et profiter un peu de mes jeux vidéos :P

 

Lectures

La lose. Aucun comics lu ce mois-ci. J’ai une vraie flemmingite de la lecture.

Pendant mes congés, j’ai quand même commencé un défi avec madame : donner une lecture obligatoire à l’autre. Alors moi, j’ai été gentil, je lui ai choisi les comics Miss Marvel. Elle, elle m’a choisi un truc que je n’aurai jamais lu de ma vie je pense, surtout avec cette couverture rose bonbon. Je dois lire The Winner’s Curse de Marie Rutkoski ! En anglais évidemment, elle n’achète plus que ça.

Je m’attendais à un truc à la Gossip Girl mais en fait, c’est plus une dystopie à la Divergente / Hunger Games. J’ai lu 100 pages environ, c’est pour l’instant assez léger, facile à lire et on voit globalement où le récit nous mène. Rien d’extraordinaire pour le moment.

 

 

 

Jeux

Comme je le disais en intro, j’ai passé pas mal de temps à jouer. Malheureusement, je n’ai rien fini de spécifique. J’ai beaucoup commencé de jeux qui traînaient dans mon backlog Steam.

L’aventure : le retour d’Alex Hunter (2017 – PS4) 
La partie solo scénarisée de FIFA 18. C’est dans la continuité de l’Aventure proposé dans FIFA 17. Ça manque toujours un peu beaucoup de rythme dans les dialogues et même dans l’enchaînement des matchs. Je trouve aussi tout l’habillage réseaux sociaux assez superflu et inutile. De même pour le côté cosmétique du personnage (choisir ses fringues ou sa coiffure). Il reste l’histoire qui reprend globalement les différentes étapes de la vie d’un footballeur pro moderne, qui semble assez réaliste.

 

The Evil Within (2014 – PC)
Je n’aurais jamais pensé jouer à ce jeu. Mais j’ai vu des twitcheurs jouer à The Evil Within 2 et j’ai trouvé ça vraiment pas mal, pas trop flippant finalement. Alors oui, la scène d’introduction du premier est assez gore mais dans l’ensemble de mon temps joué (2h30 environ), j’ai plutôt apprécié l’expérience et j’ai envie d’avancer dedans. L’histoire est cool et j’aime bien le côté loot qui sert vraiment à quelque chose ici. On n’a pas beaucoup de balles dans son flingue, on doit vraiment essayer de garder ses items pour le bon moment. De toute façon, il ne faut pas rusher, les ennemis zombis sont clairement plus forts que nous. Il faut tout le temps se cacher et essayer de les finir par-derrière.

DiRT Rally (2016 – PC) 
Après avoir passé énormément de temps sur DiRT 4 en 2017 (+ de 50h), j’ai eu envie de rattraper mon retard sur cet épisode de transition entre les épisodes 3 et 4. Il est souvent considéré comme le meilleur jeu de rallye de tous les temps. En effet, il est plutôt cool même si un peu trop technique par moment et plus frustrant à jouer que le 4, notamment sur la partie rallycross. Je ne pense pas m’éterniser trop longtemps.

 

Endless Space 2 (2017 – PC)
Après l’avoir testé et acheté en fin d’année 2017 en promo, j’y avais finalement peu joué. J’ai donc redémarré une partie et j’ai vraiment galéré, me retrouvant acculé par les autres empires ! J’ai bien mis 5/6h sur cette première partie foireuse à prendre mes marques. Mais bon, c’est comme ça qu’on apprend ! Ma deuxième partie s’est ensuite bien mieux déroulée, même si du coup, une partie prend bien 10 à 15h.

Par rapport à Stellaris, pour rester dans le genre du 4X, l’interface et la progression sont plus claires et les musiques d’ambiance sont géniales. Il manque le côté semi-tactique des batailles où on peut juste sélectionner une stratégie globale puis regarder ce qu’il se passe.

 

Subnautica (2018 – PC)
Des jeux de survie en accès anticipé, il y en a à foison sur Steam ! Celui-là a réussi à tirer son épingle du jeu et est enfin réellement sorti fin janvier.

On joue un personnage qui s’écrase avec son vaisseau sur une planète océanique extraterrestre. Tout le gameplay se passe quasiment sous l’eau et c’est vraiment la fête à l’exploration. Le jeu donne peu d’indications et il faut vraiment se démerder pour avancer dans le jeu, comprendre les différentes mécaniques qui permettent de crafter au fur et à mesure les éléments qui nous aideront dans notre survie. Étonnamment, il y a même un scénario pour nous guider ! C’est un jeu vraiment cool et surprenant, je pense que je vais aller jusqu’au bout !

The Legend of Zelda : Breath of the Wild (2017 – Switch)
Considéré quasiment unanimement comme le meilleur jeu de l’année 2017, j’ai enfin commencé ce mastodonte du jeu vidéo. Je sais qu’il y en a pour minimum 50h de jeu, si ce n’est le double. J’ai du jouer seulement 6 ou 7 heures pour le moment donc j’ai encore du chemin. En tout cas, sans trop de surprises, c’est vraiment cool à jouer, le gameplay est vraiment bien foutu. C’est p-e pas le plus beau par contre. Ça dépend vraiment des environnements, parfois, c’est super beau, parfois assez laid. Selon l’éclairage, on voit les limites des textures sur Switch. J’en reparlerais quand j’aurais plus avancé… C’est dans sa structure de l’open world qu’il est génial, avec peu d’indicateurs à l’écran et énormément de choses à découvrir par soi-même.

God of War (2018 – PS4)
Enfin, la fin du mois a été marquée par l’arrivée de ce nouveau God of War. Alors, je le dis d’office, je ne connaissais pas du tout la saga. Je n’ai jamais joué aux 3 premiers, je ne peux donc pas comparer. Ce jeu-ci est en tout cas extrêmement cool ! On dirait presque un jeu Naughty Dogs tellement il est beau et fluide. Dans les cinématiques et la manière de raconter l’histoire, on retrouve vraiment le même schéma que The Last of Us ou Uncharted. Mais bon, il faut aussi plus que la beauté graphique et dans le gameplay, c’est juste parfait. C’est fluide, c’est puissant, ça fait vraiment le job. J’ai envie d’y jouer encore et encore et d’arriver au bout de cette aventure !

 

Séries

One Tree Hill saison 4 (REVISIONNAGE)

21 épisodes de 42 min

Après 2 excellentes saisons, cette saison 4 est un poil moins bonne, alternant des épisodes assez classiques avec d’autres de très haut niveau (eps. 5, 9, 11, 13 et 16). C’est la dernière saison au lycée et on retrouve donc évidemment beaucoup le thème de la fin de l’adolescence et de la prise de conscience que les choses sérieuses commencent. Ils vont devoir quitter leur cocon et affronter le monde. La série aurait quasiment pu s’arrêter après cette saison, toutes les intrigues sont bouclées et on sent clairement la fin d’un cycle.

Appréciation : **** (très bien)

 

Fear the Walking Dead saison 3

16 épisodes de 42 min

Après une saison 2 vraiment bof, j’ai plus adhéré à cette nouvelle saison. C’est loin d’être ma série préférée mais j’aime bien la regarder. C’est un peu un guilty-pleasure. En fait, le problème, c’est qu’on ne sait jamais si on va tomber sur un épisode de transition ou pas. Y a vraiment des moments où il ne se passe pas grand chose et où on pourrait louper la moitié de l’épisode sans problème. Je continue vraiment pour les personnages, notamment Nick et Alicia, qui portent la série.

Appréciation : ** (moyenne)

 

The Expanse saison 2

13 épisodes de 42 min

Deux ans après avoir fini la saison 1, j’ai enfin regardé la suite. Cette seconde saison est encore meilleure que la première ! 

Le ton adulte, sombre et sérieux, me plait beaucoup. Syfy a enfin réussi à produire de nouveau une série SF de qualité.  J’ai l’impression de retrouver une série de l’acabit d’un Stargate Universe voire même s’approcher du niveau d’un Battlestar Galactica. Il en faudra encore un peu pour atteindre son statut culte.

J’adore tous les personnages, ils ne sont jamais tout blanc ou tout noir. J’aime aussi que la série alterne aussi bien l’action que la recherche scientifique, les complots et autres joies politiques. Niveau mise en scène et effets-spéciaux, elle a aussi réussi à trouver son ton. Bref, un must-watch !

Appréciation : **** (très bien)

 

Emissions

First Team: Juventus – partie 1

3 épisodes de 42 min

Je crois que c’est la première grande série documentaire sur un club de foot. Je suis pas hyper fan de la Juve, ni de la Serie A en général mais j’ai trouvé ce reportage très intéressant. On suit pendant 3 épisodes le début de cette saison 2017/2018 (jusqu’à janvier si je me rappelle bien) avec quelques séquences de match mais surtout beaucoup de petites séquences au cœur du quotidien des joueurs, chez eux, à l’entraînement, pendant les meetings avec les fans ou les sponsors. Evidemment, on ne peut qu’être encore plus amoureux de Gigi Buffon, qu’on voit de plus près encore. J’ai aussi bien aimé les séquences avec Matuidi évidemment (ex-PSG, international français) mais aussi Miralem Pjanic (ex-Lyon et AS Roma), qui parle français vu qu’il est né en Bosnie mais a grandi au Luxembourg et a été formé à Metz. On voit aussi Gonzalo Higuain, le plus brestois de tous les argentins :P Il est juste né à Brest parce que son père jouait là-bas à ce moment-là. Il est retourné en Argentine à l’âge de 10 mois.

J’ai hâte maintenant de voir la partie 2 qui sera sûrement diffusée pendant l’été, surtout que cette seconde partie de saison a été assez rocambolesque, avec le titre arraché dans les dernières journées mais aussi cette demi-finale houleuse face au Real Madrid. 

Appréciation : **** (très bien)

 

Terrace House: Opening New Doors – partie 1

8 épisodes de 40 min

C’est le grand retour de Terrace House ! J’en avais déjà parlé en septembre et octobre dernier, où j’avais binge-watché cette télé-réalité japonaise, sous-titrée spécialement par Netflix.

C’est donc la 3ème saison diffusée sur le service, après Terrace House: Boys & Girls in the City, qui se déroulait à Tokyo puis Terrace House: Aloha State, délocalisé exceptionnellement à Hawaii, une île américaine mais composée principalement d’asiatiques. Ici, retour au Japon, à Karuizawa, une petite ville dans la préfecture de Nagano (plein centre du Japon, bien connu pour ses pistes enneigées qui ont accueilli les Jeux Olympiques d’hiver de 1998).

L’ambiance est donc totalement différente des deux précédentes éditions. J’aime beaucoup les paysages de cette région, ça donne envie d’aller à la neige ! Après le surf à Hawaï, on a droit à des séquences de hockey sur glace et de snowboard. On retrouve vraiment le côté japonais de la saison tokyoïte. Autant à Hawaï, certains habitants étaient vraiment occidentalisés, autant là, on peut de nouveau s’intéresser aux comportements nippons, totalement différents des autres, tous assez calmes et posés.

Les nouveaux habitants sont aussi un peu plus sympathiques que ceux qui avaient fini l’édition précédente. J’aime beaucoup le grand frère, Taka Nakamura le plus vieux du show (31 ans), et Tsubasa, la hockeyeuse star de son équipe locale. Son côté simple et sans prise de tête est rafraichissant. Il y a toujours des vilains petits canards, notamment Yuudai, un jeune qui en fait vraiment qu’à sa tête. Ce qu’il dit vouloir faire ne correspond pas toujours à ce qu’il fait… On a aussi Ami, une jeune de 20 ans qui a l’air trop gâté, se plaint tout le temps et a du mal à s’égailler pour grand chose (j’aime pas ci, j’aime pas ça).

Appréciation : **** (très bien) 

 

Films

Côté cinéma, je reste aussi à un petit rythme. Seulement 6 films vus mais j’ai bien avancé dans mes challenges !

 

Zombillenium (2017)

J’ai découvert ce film d’animation franco-belge grâce à Jess qui a acheté la BD et le DVD. Ça me fait d’ailleurs penser que j’ai oublié d’en parler dans mon suivi lecture, j’ai aussi lu le tome 1 ! Au début, j’avais un peu du mal avec l’aspect graphique, avec des coloriages très photoshop mais ça s’oublie vite au fil des pages.

J’ai vraiment bien accroché à cette histoire de parcs d’attraction d’épouvantes tenus par des vrais monstres, autant en bd qu’en film. Je trouve ça honorable d’avoir réussi à monter un tel projet d’adaptation. On se rend compte dans le making-of à quel point c’est vraiment hyper galère à faire, surtout quand on n’a pas un budget Pixar ou Dreamworks.

Il ne me reste plus qu’à lire maintenant les tomes 2 et 3.

16 / 20

 

 

Pour le Mini-Challenge Seriebox Action Extended : 

Ip Man 2 (2010)

J’avais déjà découvert Ip Man grâce au challenge et c’est donc tout naturellement que je découvre aussi la suite de la même manière !

Ayant fui la Chine pour Hong Kong, colonie britannique à ce moment-là, Ip Man décide d’ouvrir une école de wing chun mais pour cela, il doit d’abord affronter les autres écoles de la ville. Les combats sont toujours très bien chorégraphiés, notamment le combat rapproché assez spectaculaire sur une simple table ronde. J’aime surtout le côté dramatique de ces films. Ce ne sont pas des simples films d’action, ce sont même presque des films historiques, avec cette représentation de la Chine des années 50.  En plus, on a aussi toujours un très bon Donnie Yen dans le rôle principal, très sobre. Une saga à voir.

16 / 20

 

The Guardian (Coast Guards) (2006)

Là encore, c’est plus un film dramatique qu’un film d’action. Pas de gunfights, pas d’arts martiaux, l’action se déroule vraiment lors des séquences de sauvetage en mer.

Grosso modo sinon, c’est l’histoire d’un vieux de la vieille (Kevin Costner) qui se retrouve à former des jeunes recrues à l’école de gardes côtiers, dont un certain Ashton Kutcher qui joue le personnage assez classique du mec qui est fort et n’a aucun problème à le montrer et le dire à tout le monde. Bien sûr, le personnage de Costner était aussi pareil dans sa jeunesse, se reconnait en lui et veut le faire chier, tout en l’aimant quand même un peu. Bref, ça se regarde, je ne me suis pas ennuyé devant ce film mais y a rien non plus d’exceptionnel à y retenir. A part peut-être le fait qu’il montre un pan intéressant d’Homeland Security, l’United States Coast Guard, peu représenté généralement au cinéma.

15 / 20

 

 

Pour le Mini-Challenge Seriebox SF Extended : 

Papurika (Paprika) (2006)

J’ai vraiment eu beaucoup de mal à me dire si j’avais aimé ou pas ce film. Il m’a marqué, notamment dans sa direction artistique folle mais aussi dans sa musique, qui m’est restée en tête pendant une bonne semaine. Après, ça mérite sûrement un second visionnage parce que j’ai p-e pas tout compris, surtout qu’en japonais sous-titré, ça allait parfois un peu vite. C’est un récit assez complexe en plus, avec beaucoup d’embranchements scénaristiques, de faux-semblants. Je ne me suis pas ennuyé mais j’avoue que j’étais un peu perdu à force. Ça allait vite et ça en devenait épuisant. Tu t’attends à quelque-chose et finalement tu as autre chose. Je n’ai pas une grande expérience en animation japonaise mais pour l’instant, des grands trucs que j’ai vu, que ça soit Akira ou Ghost in the Shell, ça fait quand même 3 films SF où ça part vraiment en cacahuète visuelle à un moment donné xD A revoir donc.

14 / 20

 

The Animatrix (2003)

On continue un peu dans l’animation japonaise, vu qu’il y en a dans cette suite de courts-métrages animés. J’en avais déjà vu 2 ou 3 sur les 9 qui compose cet Animatrix. C’est quand même fou que j’ai mis 15 ans à voir cette compilation, alors même que j’ai adoré la saga Matrix, que j’ai déjà vu 3 ou 4 fois.

Qui dit courts-métrages dit aussi discontinuité. Certains sont meilleurs que d’autres. Le premier en image de synthèses, Le dernier vol de l’Osiris, est super bien fait, toujours un plaisir à revoir. J’ai moins aimé La seconde Renaissance, partie I et II et Matriculté qui m’ont ennuyé. Histoire de l’enfant avec le skateur et Record du monde avec le sprinteur sont un peu plus space graphiquement mais m’ont plus marqué. Par contre, j’ai vraiment bien kiffé Au-Delà avec une jeune fille qui a perdu son chat et se retrouve dans une vieille maison avec des bugs de la matrice ainsi que l’Histoire d’un Détective qui a un côté noir que j’aime bien. Donc en fait, je me rends que j’ai aimé les 2 courts-métrages de Shin’ichiro Watanabe. Va peut-être falloir que je teste Cowboy Bebop :D

15 / 20

 

La Cité des Enfants Perdus (1995)

Enfin, j’ai vu ça… Arf, difficile à décrypter. C’est un film français réalisé par Jean-Pierre Jeunet avec Ron Perlman. Oui l’américain, Ron Perlman ! Hellboy, Sons of Anarchy…

Je n’ai pas du tout accroché à ce film ! C’est du pur Jeunet, avec des acteurs à gueules filmé en gros plan. Autant ça passait dans Amélie Poulain que j’adore mais là, c’est sale, c’est crade. Le scénario n’a pas non plus réussi à m’émerveiller. C’est original, c’est sûr, y a quelques bons passages notamment avec le scaphandrier. Dominique Pinon est vraiment un super acteur. Mais au bout d’un moment, c’est trop n’importe quoi. En plus, un film avec des enfants, ça m’irrite au bout d’un moment. Peut-être que si je l’avais vu quand j’étais ado, j’aurais plus kiffé mais là, trentenaire, ça ne passe plus.

9 / 20

 

Avec ces 3 films là, je conclus le Mini-Challenge SF Extended ! 100/100

 

Musique

Awolnation
Megalithic Symphony

Rock alternatif – USA
1er album du groupe – Sorti le 15 mars 2011

Chansons préférées : Sail – People – Soul Wars 

Je vous en ai parlé le mois passé, j’adore leur dernier album.

Je me suis donc mis à écouter leurs précédents albums en commençant par le commencement. 

Et je suis sûr que vous connaissez Sail, le titre phare :

Jack White
Boarding House Reach

Blues Rock – USA
3ème album solo – Sorti le 23 mars 2018

Chansons préférées : Corporation – Connected By Love – Over and Over and Over – Everything You’re Ever Learned 

Je n’avais pas écouté Jack White depuis les derniers albums des White Stripes (1999-2007). En tout cas, il est toujours aussi dingue. Là, apparemment, il s’est enfermé dans son appartement de Nashville pour concocter cet album tout seul pendant des mois. En ressort donc un album éclectique, d’un artiste isolé qui a essayé des choses avec ses nombreux instruments. On ne retrouve pas vraiment les riffs de guitares des White Stripes, à part peut-être sur Over and Over and Over. Il s’essaye à plusieurs genres et j’ai kiffé l’album.

Stone Temple Pilots
Stone Temple Pilots (2018)

Rock alternatif – Hard Rock – USA
7ème album du groupe – Sorti le 16 mars 2018

Chansons préférées : Meadow – Middle of Nowhere – Six Eight – Roll Me Under

J’ai découvert ce groupe mais en fait, je le connaissais sans le savoir. Ils avaient notamment sorti il y a longtemps 2 hits que j’aime beaucoup : Interstate Love Song (1995) et Plush (1992).

Ils ont changé de chanteur principal pour la 3ème fois, malheureusement suite au décès de Scott Weiland (décédé en 2015, la drogue apparemment) puis Chester Bennington (le fameux chanteur de Linkin Park, décédé en 2017). Jeff Gutt prend ici les commandes. Il s’est fait connaitre aux States via X-Factor. J’ai écouté ces passages, il était vraiment bon. Ça donne un album éponyme pour essayer de relancer la machine STP.

 J’ai écouté cet album plusieurs fois, je kiffe ce genre de hard-rock. C’est énergétique mais sans tomber dans l’overdose. On entend bien les instruments et on comprend bien les paroles. C’est net, c’est propre. Un des albums de mon année 2018.

 

Et c’est tout pour le mois d’avril ! Comme d’hab, je vous souhaite un bon mois de mai… ah euh, on est déjà en juin ? 😇 

Allez, mon objectif de juin, c’est de finir d’écrire mon récap de Mai avant la fin du mois :P

Et allez la France 🇫🇷 et la Belgique 🇧🇪 pour la Coupe du Monde ! On a quand même de la chance d’avoir 2 équipes sympathiques à suivre, avec des joueurs qui ne se prennent pas la tête mais qui ont quand même l’ambition d’aller loin, même s’il y a des mastodontes comme l’Espagne, l’Allemagne ou encore le Brésil.

Du coup, en juin, j’aurais sûrement moins de choses à vous raconter, ayant moins de temps pour le reste. Tchaoooo !

  3 comments for “Mois, c’est moi 2×04 Avril sans fil

  1. 9 juin 2018 at 20 h 17 min

    J’ai converti ma fille à The Expanse et elle m’a dit la même chose que toi, que ça faisait du bien de voir une série adulte et sérieuse dans ce genre (et pourtant elle adore The 100). Je suis trise que tu n’aies pas aimé La cité des enfants perdus, j’adore ce film ! Mais je comprends, il est assez particulier. Je suis assez d’accord avec toi pour Paprika, j’ai aimé mais il m’a laissée un peu perplexe sur certaines choses. Animatrix je l’ai vu il y a longtemps, quand il est sorti en dvd (m’en rappelle plus du tout) et BRAVO pour ta réussite au mini SF extended ! C’est super ! Pour ma part, j’avance petit à petit. Il doit me rester 6 films à voir (oui je viens de vérifier c’est 6 en tout). Bon mois de juin et ne tarde pas trop à publier ton bilan de mai :p

    • baba
      baba
      13 juin 2018 at 8 h 33 min

      Merci Frankie ! Il te reste encore quoi à regarder ?

      • 14 juin 2018 at 8 h 32 min

        Blade Runner, SW8 et Star Trek sans limites mais je les ai en blu-ray (enfin je vais l’acheter pour SW) et j’attends d’être rentrée en France pour les voir dans mon home cinema (et je dois voir le Star Wars avec mon fils quand il sera là début aout) et j’ai aussi Equilibrium, Les âmes vagabondes et L’espace qui nous sépare.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.