Les Haut Conteurs, tome 2 : Roi Vampire

Les Haut Conteurs, tome 2 : Roi VampireSynopsis :


Paris, hiver 1190.
Débarqués au coeur de la plus grande ville du Monde connu, le jeune Roland, Mathilde, Ruppert et Salim poursuivent un double but: retrouver William le Ténébreux, l’ami disparu, et découvrir les secrets de Vlad, le maître vampire.



Ce démon est-il réellement mort dans les forêts anglaises, ou attend-il son heure pour frapper encore ? Pire encore, un traître se cache-t-il parmi les quatre aventuriers, comme tout semble l’indiquer ? 


Happés par le tumulte populaire de la Fête des Fous, Roland et ses compagnons vont croiser nombre d’individus pittoresques.
Cérémonies noires, complot royal, créatures infernales, prophéties du Livre des Peurs, tous les ingrédients d’un mélange fatal sont réunis pour sceller le sort de nos héros. Pourtant, ils sont des Haut-Conteurs et ne reculeront pas, jusqu’à vaincre ou périr. Roland « Coeur de Lion » en tête. Le Mal rôde, la mort avance masquée. C’est la fête des ombres, c’est la fête des fous !



Paru aux Editions Scrineo Jeunesse – 2011 ( 346 pages)


Précédemment : chronique du tome 1, La voix des Rois


Avis : 

Après avoir été agréablement surpris par le tome 1 de la saga des Haut Conteurs, me revoilà aujourd’hui avec le tome 2 intitulé « Le Roi Vampire ». L’intrigue se déroule désormais à Paris, hors des contrées anglaises du premier tome. Pour le héros Roland, c’est l’occasion de se confronter à une nouvelle culture et à de nouveaux ennemis !


J’avoue que, globalement, l’intrigue ne m’a pas emballé plus que cela. Surtout le fait qu’elle soit aussi vaste et englobe une dimension royale avec des complots touchant à l’Histoire. Alors que le 1er tome restait dans un cadre intimiste (limite huit-clos), là, ça s’étend tout de suite à une grande ville comme Paris avec une liberté de mouvement accrue et plus de personnages. Cependant, j’ai trouvé malgré tout que ça restait assez bouché et que le rythme était plus faiblard. Je me suis ennuyé toute la première partie du roman. L’introduction est lente et poussive. Ce n’est pas digne d’un bon tome 2 où, pour moi, il faut entrer direct dans le vif du sujet, définir une nouvelle intrigue, des nouvelles questions, du suspense, recréer une ambiance… La deuxième partie est malgré tout plus plaisante avec quelques bonnes scènes d’action et enfin du suspense !


Dans les personnages, j’ai beaucoup aimé Salim ainsi que Mathilde mais j’ai un gros souci avec notre ami Roland. Il est trop lèche-cul avec Mathile et il a réussi à me saouler alors même que c’est le héros de la saga ! Il est trop en retrait au niveau des actions et pense beaucoup trop avant d’agir. J’aimerais qu’il soit un peu plus impulsif et moins niais et naïf.


Niveau fluidité, j’avoue que j’ai ausi trouvé un décalage entre les dialogues du tome 1 et ceux du tome 2. On a un côté réaliste encore plus poussé que le tome 1 avec beaucoup de mots de l’époque mais aussi des expressions pompeuses et du vouvoyement. Même si le travail de l’auteur est remarquable, j’ai trouvé ça très fatiguant.


Sinon, globalement, ça se lit assez vite malgré le fait que l’intrigue mette du temps à se lancer. Les illustrations sont toujours aussi sympa et agrémente bien le récit. La couverture est encore meilleure que le premier tome et je suis hyper heureux de voir qu’il y a une carte au début du livre !




Bref, en conclusion, je n’ai pas retrouvé l’aura du premier roman. Ce roman est de bonne facture pour de la fantasy jeunesse mais n’est pas aussi bon que le premier roman où la construction était meilleure. Mais je lirai quand même le tome 3 pour suivre les aventures de nos Conteurs !



Note globale : 7 / 10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.