Mois, c’est moi 3×02 Gotta Get Up

Gotta get up
Gotta get out
Gotta get home
Before the morning comes


Hello boys & girls!

C’est l’heure d’un nouveau récapitulatif sur tout ce que j’ai vu, lu, joué, écouté en février 2019. Un mois un peu moins dense que le précédent, mais avec toujours autant de bonnes découvertes quand même.

Let’s go!

 

Lectures

Le Passage, tome 3 : La Cité des Miroirs
de Justin Cronin
283 pages / 812 => 35%

J’ai continué d’avancer dans mon gros pavé, même si, pas autant que je ne l’aurais espéré. Je m’étais fixé comme objectif d’arriver à la moitié et c’est raté.

Sur les 14 parties du découpage, j’ai donc juste lu les longues parties 2 et 3. La partie 2, « L’amant », était notamment vraiment très intéressante, avec un long flash-back de 140 pages sur la jeunesse de Tim Fanning,  à l’université, avant l’an Zéro.

La partie 3, « Le fils », était plus classique, passant d’un personnage à un autre. L’intrigue se met doucement en place.

J’ai hâte de voir ce qu’il va se passer. Pour l’instant, je kiffe !

 

Batman, The Dark Prince Charming tome 2
de Enrico Marini

J’avais parlé du tome 1 en décembre, je ne vais pas me répéter, car c’est une deuxième partie d’aussi bonne facture.

C’est toujours aussi magnifiquement dessiné ! Il ne faut pas hésiter à l’acheter !

 

Deadly Class, tomes 1 & 2
– RELECTURES –

de Rick Remender (scénario) et Wes Craig (dessin)

Avec la diffusion de la série, ça m’a donné envie de me remettre à jour dans les comics.

Ici, j’ai donc relu les 2 premiers tomes et j’ai même carrément complété ma collection en achetant tous les tomes, jusqu’au 7ème, récemment sorti (le 8 février 2019). Y a plus qu’à !

 

Jeux vidéo

Après avoir terminé deux mastodontes en janvier, je suis donc reparti dans de nouvelles aventures ce mois-ci !

Horizon Zero Dawn (2017)

J’avais commencé à y jouer avant de partir aux Etats-Unis début septembre et je n’y avais pas rejoué au retour, surtout pris par les sorties de Spider-man et FIFA 19.

Ici, j’y ai joué une bonne quinzaine d’heures, et pourtant, je ne suis encore qu’à 25% de l’histoire ! Faut dire que j’essaye de faire toutes les quêtes annexes et je prends mon temps pour lire les petits textes qui traînent ici et là. J’aime bien m’immerger dans l’univers. Surtout quand il est aussi beau et bien construit. Il n’a pas vraiment à rougir, il s’inscrit du bon côté dans la liste des open-worlds récents.

Au niveau du gameplay, tout le jeu se base sur du combat à l’arc contre des animaux mécaniques et je dois dire que c’est très plaisant à jouer. C’est fluide, c’est beau. Les animations des machines sont excellentes ! Il m’a d’ailleurs fallu longtemps avant que je me dise que j’allais enfin utiliser mes autres pouvoirs, même les pièges électriques qu’on débloque pourtant assez rapidement.

Une aventure à continuer  en mars donc !

 

Apex Legends (2019)

Mon premier jeu estampillé 2019 aura finalement été un jeu gratuit !

Apex Legends, c’est le nouveau battle-royale qui cartonne. Edité par EA, développé par Respawn Entertainment, les créateurs de Titanfall, le jeu est sorti totalement par surprise ! En plus, le jeu est abouti, sans bug (du moins, dans le jeu; les serveurs galèrent par contre; ils n’avaient clairement pas anticipé un tel succès).

Après, perso, je n’y ai joué que 4 heures max. C’est cool mais je n’ai pas envie de m’investir trop dans du multi ces temps-ci. Ça demande trop de temps à maîtriser et c’est stressant à jouer. J’ai assez à faire avec FIFA :)

 

Emissions

Sunderland ’til I die
8 épisodes de 42 min – Netflix

Après vous avoir parlé de First Team Juventus, voici une nouvelle série documentaire footballistique sur Netflix ! L’équipe de tournage a suivi l’équipe de Sunderland AFC pendant toute la saison 2017/2018, alors qu’elle vient d’être reléguée de Premier League en Championship. On suit donc un club meurtri, qui essaye de se relever en ayant pour objectif de remonter immédiatement au niveau supérieur. On va découvrir que ça a été plus compliqué que prévu…

Comme le reportage sur la Juve, on voit des bouts des matchs filmés des bords du terrain, caméra à l’épaule, un procédé que je ne trouve pas très lisible. Je préfère les images captées dans le quotidien des joueurs et de l’équipe de management. On découvre aussi une ville côtière du nord de l’Angleterre, dans un bassin ouvrier assez pauvre, pour qui leur équipe représente tout. On voit beaucoup de moments de fans parlant avec amour de leur club. Avec un Stadium of Light de 48.000 places, on n’espère juste qu’une chose pour eux : qu’ils reviennent dans la lumière de la Premier League.

 

Séries

J’ai continué sur mon rythme américain. Je suis toujours à jour dans une dizaine de séries.

Certaines se sont même déjà terminées, me permettant d’en commencer d’autres :D

Manifest saison 1
16 épisodes de 42 min

J’avais bien aimé le début de la saison, je trouvais ça intrigant mais ça s’est vite dégradé. Je me suis de plus en plus ennuyé et pire, j’ai de plus en plus commencé à détester les personnages.

Tout tourne autour de la famille Stone; et malheureusement, à part Michaela (qui a son petit charme), les enfants et les parents sont juste des têtes à claques.

Bref, j’en suis au point où je ne serais pas malheureux si ça se faisait annuler. Je ne pense pas continuer, je regarderai éventuellement le final.

 

True Detective saison 3
8 épisodes de 55 min

Perdue dans les tréfonds d’HBO, la série renaît de ses cendres. Le showrunner revient aux origines de la série, avec une ambiance assez similaire à la saison 1. On revient dans l’Amérique profonde, en Arkansas, avec un duo de détectives pur et dur et une intrigue sur 3 époques (1980-1990-2015).

Mahershala Ali, multi-oscarisé désormais, porte tranquillement la série sur ses épaules, bien épaulé par les 3 autres acteurs principaux, Stephen Dorff, Carmen Ejogo et Scott McNairy, que j’ai tous trouvé très bons.

La série n’atteint juste pas l’excellence pour un souci de rythme dans le scénario. La réalisation est aussi un peu en dents de scie. Ils ont voulu faire une scène choc à la mid-season mais rien de comparable aux saison 1 et 2. Tout est globalement beaucoup plus calme, beaucoup plus réaliste.

Le nom de la série n’a jamais été aussi vrai, c’est des « true detective »(s). Ils cherchent les détails pour avancer dans leur enquête. Mais encore faut-il faire avec leurs caractères, l’administration politique, juridique et policière ainsi que ses propres démons, ou même la vieillesse et ses aléas, plusieurs des thèmes de cette saison.

Au final, quand l’intrigue s’est bouclée, j’ai eu un petit goût de trop peu, d’inachevé. Les saisons précédentes nous avaient habitués à monter crescendo et ce n’est pas ce qu’offre cette saison 3. J’ai quand même ressenti dans un second temps une certaine complétude, la saison est finalement restée fidèle à elle-même, au risque de décevoir, mais ça forme un tout cohérent, beau, simple et complexe à la fois.

 

Russian Doll saison 1
8 épisodes de 30 min – Netflix

Le synopsis : Une femme prise au piège d’une mystérieuse boucle revit sans cesse une nuit de fête à l’issue de laquelle elle meurt… avant de se réveiller le lendemain, indemne.

Comme vous le voyez au début de cet article, Russian Doll m’aura quand même bien marqué en février. Avec cette musique entêtante qui revient à chaque fois que la journée de Nadia recommence…

Au début, pourtant, je n’étais pas spécialement emballé. L’actrice et le ton de la série étaient vraiment trop bizarre. Mais plus la saison a avancé, plus j’ai aimé ! J’ai même rigolé quelques fois.

L’actrice avec sa voix roque joue un personnage un peu énervant, mais j’ai réussi à m’y attacher au fur et à mesure. L’intrigue arrive aussi à se renouveler, avec peu de personnages et un concept assez simple finalement. Il ne fallait pas plus que 8 épisodes. Je ne vois pas très bien ce qu’ils vont faire dans une éventuelle suite. On a fait le tour. Et c’était plutôt sympa !

 

The Haunting of Hill House
10 épisodes de 55 min – Netflix

Sorti en octobre sur Netflix (juste avant Halloween si je me souviens bien), je ne pensais pas regarder cette série, n’étant absolument pas fan du genre. Oui, je suis un trouillard ! Que celui qui n’a peur de rien me jette la première pierre !

Mais, un peu comme les films Get Out ou encore A Cure for Wellness l’année passée, j’ai réussi à passer outre mon appréhension, trop intrigué par une réalisation et une atmosphère qui avaient l’air magnifique. Et bien, je ne me suis pas trompé. Je me suis même carrément pris une claque.

Étonnamment, la série ne fait pas non plus aussi peur que je pouvais le penser. Avec le thème des fantômes, on est évidemment plus dans l’épouvante que l’horreur gore. Y a quelques trucs flippants et creepy, un ou deux jump-scares par épisode, mais c’est plus de la tension constante, jouant beaucoup sur le fantastique. Et la définition même du genre est de se servir du réel pour le détourner légèrement en y introduisant quelques petites touches de surnaturel. Tout semble donc tangible et donne cette sensation de peur et d’anxiété.

Au final, le principal but de la série est surtout de se concentrer sur la psychologie des personnages, tous en relation avec la mort. La structure du récit est géniale, se basant sur un événement central et passant ensuite d’un personnage à un autre, pour avancer et reculer dans la timeline. La saison est donc une sorte de puzzle pour arriver à comprendre le mystère de cette « Hill House » et de cette famille dysfonctionnelle, mais si attachante.

Pour une série de genre, on a quelque-chose d’extrêmement intelligent, brillamment interprété par un casting juste parfait. Il n’y a aucun acteur, ou actrice, que je pourrais pointer du doigt comme le maillon faible, que ça soit chez les jeunes ou les adultes.

Certains sont par contre des coups de cœur. Personnellement, j’aime beaucoup les parents dans le passé, Hugh et Olivia Crain, interprétés par Henry Thomas et Carla Gugino.

 

Dans les enfants, Theo est génial, autant enfant (McKenna Grace) qu’adulte (Kate Siegel). J’adore aussi Luke, interprété par Julian Helliard (jeune) et Oliver Jackson-Cohen (adulte). La voix d’Oliver est tellement sexy. Il m’a fait grave penser à Jake Gyllenhaal. 

Au final, c’est donc une réussite totale pour moi. Je pense que ça restera une de mes séries de l’année. Ça n’atteint juste pas les 5 étoiles, car le début de saison accuse quelques longueurs. Mais il faut tenir, au moins jusqu’à l’épisode 3, « Touch », que je trouve excellent. Si à ce moment-là, vous n’aimez pas, vous pouvez arrêter. Mais ça serait aussi passer à côté des épisodes 5 et 6, « The Bent-Neck Lady » et « Two Storms » qui forment pour moi le summum de la série. 

Films

Les années se suivent et ne se ressemblent pas.

Alors qu’en 2018, j’avais signé un mois record de 27 films + 1 documentaire; cette année, je fais mon plus petit mois ciné depuis bien longtemps. Seulement 2 petits films, et des revisionnages en plus. Il faut que je remonte à septembre 2016 pour un si faible score.

 

Dragons et Dragons 2 (Revisionnage)

Vu que le troisième opus vient de sortir au ciné, j’ai re-regardé avec ma chérie les deux premiers Dragons en DVD. On ira surement voir la suite en mars.

Même en revisionnage, c’est toujours aussi plaisant. Faut dire que c’est une des sagas animées les plus solides hors Disney/Pixar. C’est tellement beau, magnifiquement animé, très bien rythmé et avec les petites touches d’humour et d’émotion qu’il faut. Krokmou est juste trop craquant. Il nous fait évidemment penser à notre chien avec ces expressions tellement choupies ! Deux très grands films ! <3 <3

 

Musique

Je vais faire plus court que le mois passé car, en gros, j’ai surtout continué à écouter mes albums de janvier, que ça soit Lomepal, Angèle ou IDLES.

Je suis toujours dans le mood « rap français ». J’ai notamment bien aimé White Snake Freestyle, le nouveau titre d’Orelsan, tiré de la BO de Black Snake, nouvelle comédie de Thomas Ngijol. C’est un freestyle à l’ancienne, avec un clip très nineties.

Je suis aussi reparti du côté de Skyrock ! Ça m’a fait bizarre de voir que Difool était encore là ! Dire que je l’écoutais tranquillement au lit, au temps du collège, avec mon petit walkman dans les oreilles avant de m’endormir. Et ça, c’était… il y a déjà quasi 20 ans. Damned! :D

J’ai surtout écouté les freestyle dispo sur leur chaine Youtube. Roméo Elvis et Caballero sont ultra lourds en freestyle, ils me font trop rire. (Et non, je ne suis pas payé par l’Office du Tourisme de la Belgique pour faire la promo du pays :P)

 

Sinon, j’ai écouté des nouveaux sons de « vieux » rappeurs, notamment Rim’K, 40 ans, ancien leader du groupe 113, en featuring avec Ninho pour Air Max. Ambiance banlieue parisienne, c’est assez trash niveau parole (très gurls et drugs) mais ça sonne bien. Le clip est lourd.

 

Le seul nouvel album que j’aurais écouté ce mois-ci, c’est finalement Disizilla ! Ah, ce bon vieux Disiz la Peste, que je n’avais plus entendu depuis « Je pète les plombs » son fameux tube largement inspiré de « Chute libre« , le film de Joel Schumacher avec Michael Douglas, où le mec pète un boulon dans un embouteillage. Il sort de sa bagnole et la laisse au milieu de l’autoroute. A partir de là, ça part en sucettes. J’adore le film. Et la chanson évidemment.

 

Disiz la Peste
Disizilla

Rap – France
12ème album studio – Sorti le 14 septembre 2018

Chansons préférées : Kaiju – Disizilla – Mastodonte  – Hendek – Terre promise – Hiroshima – Cercle Rouge – Tout partira – Ulysse

18 ans après, Disiz sort son 12ème album ! Et comme le titre et la pochette (que je trouve magnifique) l’annoncent, c’est un album inspiré de l’univers de Godzilla. Tout le début de l’album, de Kaiju à Hiroshima, on est vraiment dans cette ambiance là, avec des sons des films remixés. J’ai vraiment adoré cette première moitié, même si l’autotune me gênait à la première écoute. Plus j’ai écouté, plus j’ai aimé. C’est toujours du lourd. Terre Promise est juste plus posée mais aussi plus poignante.

Après, ça se diversifie et j’aime un peu moins le milieu de l’album, jusqu’à la fin où j’aime bien les trois derniers titres : son feat très 9-1 avec Niska pour Cercle Rouge, Tout partira en mode tranquille et enfin, Ulysse, encore plus en délicatesse, où on entends chanter sa fille.

Mon petit papa
Ne t’inquiète pas
Ne t’inquiète pas, j’ai confiance en toi

 

Et c’est sur ces belles paroles que se termine ce mois de février 2019.

Même s’il est bientôt terminé, je vous souhaite un bon mois de mars !

Prenez-bien soin de…

C’est quoi ce bruit ?

Merde, non, pas la…

 

Gotta get up
Gotta get out
Gotta get home
Before the morning comes

Hello boys & girls!

C’est l’heure d’un nouveau récapitulatif sur tout ce que j’ai vu, lu, joué, écouté en….

 

Merde, il n’y aurait pas un air de déjà-vu ?! Shit…

  5 comments for “Mois, c’est moi 3×02 Gotta Get Up

  1. Avatar
    24 mars 2019 at 20 h 02 min

    Je pense que je continuerai Manifest si c’est renouvelé. Le mystère n’est pas déplaisant à suivre. Russian Doll est prévue au programme mais j’ai déjà des séries de ce format à voir avant. Et pour True Detective, faut que je trouve un créneau avec mon mari pour la regarder car c’est l’une des rares séries qu’on voit ensemble.Et bonne continuation avec La cité des miroirs !

    • baba
      baba
      24 mars 2019 at 20 h 35 min

      Merci, pour l’instant, c’est un peu raté, je ne lis pas beaucoup, je regarde beaucoup de séries ^^’

      Je viens de regarder pour les commentaires, j’ai installé un petit plugin pour avoir la case à cocher pour être notifié. J’espère que ça marchera :p
      • Avatar
        26 mars 2019 at 20 h 19 min

        Ah tiens, je vais essayer voir si ça marche. Mais faut que tu me répondes, pour cela ! :D

        • baba
          baba
          26 mars 2019 at 22 h 15 min

          Héhé, j’espère que ça fonctionnera, ça t’évitera de devoir toujours revenir :P Sur ton blog, ça marche bien en tout cas, je reçois bien des alertes.

          • Avatar
            26 mars 2019 at 23 h 08 min

            Oui sur Blogspot ça marche toujours très bien :) Et là c’est bon, j’ai eu une magnifique notification ! :D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.