Mois, c’est moi 2×10 Spidey Gonzales

Dernier quart de l’année, dernière ligne droite avant les fêtes de Noël, let’s go baby !

 

Après un demi-mois de septembre en Amérique, on a encore voyagé avec Jess. Hop, un petit week-end à Londres pour se faire une dernière fois plaisir cette année. C’était en plus la première fois dans la capitale anglaise pour elle. La deuxième pour moi, j’en avais d’ailleurs parlé en octobre dernier. Mais cette fois-ci, je ne suis pas allé voir de foot US ! Pourtant, y avait encore un match à Wembley ^^ Mais je l’ai regardé tranquillou à la télé de l’hôtel, après une journée intense ce dimanche-là dans les fameux bus touristiques. On a pu faire le tour en long et en large. C’était une journée vraiment typiquement anglaise en plus, il pleuvait à torrent.

Le samedi, par contre, il a fait plein soleil, on a pu visiter un peu le centre-ville (Oxford Street, Regent Street, Picaddilly Circus). Le matin, on a par contre été s’enfermer dans Madame Tussauds (le Musée Grévin français) et on a bien bien kiffé pendant les 2 heures de la visite. A la base, on devait aller aux Studios Harry Potter, dans le nord-ouest de Londres. Mais comme un débile, alors que j’avais réservé Eurostar/hôtel depuis 3 ou 4 mois, j’ai attendu le dernier moment – 2 semaines avant – pour réserver. Eh bien, je suis con. Harry Potter, faut réserver au moins 2 mois à l’avance ! >< Ça sera pour une prochaine fois !

Surtout que maintenant, Miss kiffe aussi London donc on est bien partis pour y retourner assez fréquemment. Prochain défi, l’amener à un match de Premier League :P Même si je préférerai aller voir Arsenal, y a peut-être moyen avec Chelsea, si Eden Hazard est encore là… 

 

Mais voilà, question sorties, c’est fini, maintenant ! Jess voulait encore retourner à Colmar mais le portefeuille et les congés ne sont pas extensibles. London + USA, ça fait mal, va falloir ré-économiser un peu. Il me reste juste ma semaine de congé habituel entre Noël et Nouvel an pour pouvoir se mettre en mode cocooning. Faut juste supporter quelques films de Noël avec Madame mais sinon, ça va bien geeker !

 

Lectures

En octobre, j’ai fini un livre. Mais ouiii !

 

Origins de Dan Brown

Les nouvelles aventures de Robert Langdon n’auront pas été des plus palpitantes. L’histoire était aussi plutôt sympa au début, avec ce scientifique qui remet en cause les deux grands questionnements de la vie, notre début et notre fin : « d’où venons-nous ? où allons-nous ? » Malheureusement, ça tire un peu en longueur. Il y a vraiment un gros creux au milieu du bouquin, qui m’a vraiment compliqué la tâche pour avancer. Je n’ai pas été happé avant le dernier quart du bouquin où tout s’emballe. On a des réponses aux différentes intrigues mais ce n’est pas non plus exceptionnel. Les personnages ne sont pas non plus tout le temps mis fort en difficulté, le suspense est assez peu présent. Basé cette fois-ci en Espagne et plus particulièrement à Bilbao et Barcelone, j’ai encore une fois bien aimé les nombreuses petites anecdotes sur les différents bâtiments visités mais ça ne suffit pas. C’est donc au final un Dan Brown mineur, loin du niveau d’Anges et Démons et du Da Vinci Code.

 

J’ai même commencé un autre livre ! What’s going on ?

Cavani, el matador de Romain Molina

Jess dirait « du foot, encore du foot ! Tu joues à FIFA, tu regardes du foot et maintenant, tu lis du foot !« . Eh oui, la folie footballistique ne s’arrête jamais :)

Pour les non-connaisseurs, Edinson Cavani, c’est le meilleur buteur uruguayen du PSG, arrivé en 2013 de Naples. Aujourd’hui entouré de Neymar et Mbappé, ils forment une attaque beaucoup trop forte pour la Ligue 1. En Uruguay, auprès de Luis Suarez, c’est la doublette magique qui les a quand même envoyés en quart-de-finale de Coupe de la Monde, contre la France… on ne va pas répéter l’issue hein ;)

A l’instar de son précédent livre sur Unai Emery, Romain Molina nous retrace la vie de Cavani à travers beaucoup d’anecdotes de personnes l’ayant côtoyé, des joueurs évidemment mais aussi des entraîneurs, des agents ou encore des recruteurs. Le début du bouquin est une vraie plongée en Uruguay. On apprend énormément de choses sur ce petit pays d’Amérique du Sud, sur la façon dont le football fonctionne là-bas ou même leur manière de pensée.

J’ai juste un petit reproche pour l’instant. Certains chapitres sont un peu trop « fouillis », dans le sens où on dévie parfois trop loin du sujet initial, à tel point qu’on ne sait plus trop de quoi on parle. Surtout qu’il y a beaucoup de personnes présentées, on peut s’y perdre facilement. C’est pas tout le temps le cas mais parfois, c’est dur à suivre le fil.

Sinon, ça reste toujours passionnant pour découvrir un joueur atypique, qui reste simple malgré son statut de star, et qui montre à quel point travailler plus et vouloir plus que les autres (à talent de base égal évidemment) donne de merveilleux résultats.

 

Enfin, j’ai même acheté deux autres titres à Londres !

Et encore du sport ! J’ai pris My World de l’extravagant cycliste Peter Sagan, triple champion du monde sur route, et How to Be a Footballer de Peter Crouch, un ex-international anglais au physique très particulier (2m de haut pour 75kg).

Je vous poste cette petite vidéo à la Coupe du Monde 2010. J’aime beaucoup sa célébration robot à 1min20 ^^

 

 

 

Jeux

J’aurais aimé avancé dans Life is Strange et Horizon Zero Dawn que j’avais commencé ces deux derniers mois.

Mais non, j’ai joué à d’autres choses. A beaucoup d’autres choses !

 

D’abord, j’ai repris certains jeux dont j’avais déjà parlé :

Dead Cells (2018 – PC)
+5h de jeu => 10h de jeu

Je l’avais cité en début d’année il me semble. J’avais déjà accroché mais là, encore plus. J’ai dépassé les 10h de jeu, un bon signe chez moi.

Surtout qu’on peut vite s’ennuyer dans ce type de jeu rogue-like où il faut recommencer inlassablement les mêmes niveaux générés aléatoirement pour essayer d’avancer le plus loin possible.

Mais là, j’ai battu mon premier boss ! Quel pied ! Ça m’a rappelé ces moments dans Dark Souls où chaque combat de boss réussi te donnait vraiment une joie intense. T’as l’impression limite d’avoir gagné une coupe tellement c’était dur ! Quand tu sais qu’il faut 20 à 30 min pour arriver jusqu’au boss, si tu te fais buter en 2 min par celui-ci, faut avoir du courage et la patience pour tout recommencer. Surtout que si tu rushes, tu peux même te faire éliminer par le plus bête des ennemis…

Un bon jeu que je recommande pour ceux qui aime ce style particulier. Il est aussi sorti sur PS4 et Switch depuis.

 

Cities: Skylines (2015 – PC)
+5h de jeu => 38h de jeu

Je suis retombé dedans ! Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est LE Sim-City des années 2010 !

J’ai relancé une nouvelle partie, en mode vanilla, sans extension. C’est toujours aussi bien. J’ai l’impression que le jeu s’est un peu optimisé depuis sa sortie aussi. Ma ville est bien écolo pour l’instant, j’arrive à générer mon énergie de manière plutôt propre, mes habitants sont contents, tout va bien.

 

Ensuite, j’ai commencé deux nouveautés :

FIFA 19 (2018 – PS4)
15h de jeu

Qui dit rentrée des classes dit arrivée du nouveau FIFA fin septembre ! J’y ai passé une petite quinzaine d’heures en octobre, soit une cinquantaine de matchs je pense.

Pour l’instant, même si le gameplay peut encore fluctuer, le jeu sorti « day-one » était vraiment honteux ! Après, comme chaque année, on râle au début puis on s’y habitue mais là, c’est vraiment frustrant à jouer. Alors qu’ils auraient du reprendre la formule du 18 que je trouvais très bien, en corrigeant les erreurs habituelles (gardien et défense parfois aux fraises, jeu trop rapide). Ils ont fait tout l’inverse. Le jeu va à 10.000 à l’heure maintenant, ça ne ressemble plus à rien. La défense est soit-disant améliorée… Dans un sens oui, les défenseurs ont plus l’avantage sur les attaquants au niveau physique, ils peuvent plus facilement les rattraper mais alors, ça ne sert à rien quand l’attaque a aussi été facilitée, avec des reprises de volée d’attaquants qui trouvent le cadre beaucoup trop facilement, on revient presque 15 ans en arrière ! Bon, j’abuse peut-être un peu, ça reste quand même un jeu simulation mais plus arcade… Ceux qui maîtrisent les tricks et la nouvelle formule de finition synchronisée peuvent s’en donner à cœur joie. C’est devenu quasiment impossible de finir un match à 0-0. En plus, dès que tu marques un but, t’as l’impression que t’as débloqué le jeu. C’est vrai en réalité aussi mais là, tu peux passer de 0-0 à 4-4 sur les 30 dernières minutes virtuelles. Bref, une petite déception, même si ça reste FIFA, c’est devenu un peu trop baby-foot, on s’éloigne de plus en plus du vrai foot. C’est pas un mauvais jeu en soit, ça reste fun mais c’est plus vraiment du foot. J’ai juste l’espoir que les prochaines mises à jour corrigent le tir.

 

 

Spider-Man (2018 – PS4)
15h de jeu

Sorti le 7 septembre dernier, c’est aussi une des grosses sorties console de l’année.

Quel plaisir d’avoir enfin un bon jeu de l’homme-araignée ! Derrière Batman, c’est un de mes super-héros préférés. Ils se sont d’ailleurs bien inspirés de la saga des Batman Arkham pour faire ce nouvel open-world, du moins dans le gameplay. Le personnage réagit super bien, on a vraiment l’impression de se balancer au bout d’une toile. Le jeu est rarement pris à défaut dans les déplacements du héros. La ville de New York est en plus somptueuse sous tous les angles et l’ajout du mode photo n’est pas superflu.

Au niveau de l’histoire, j’ai été assez surpris de voir qu’elle était bien construite. J’en suis qu’à la moitié mais c’est déjà cool. Y a pas mal de têtes connues pour les habitués de l’univers Marvel. Pas besoin d’être un fan hardcore je pense. Moi j’ai lu que quelques comics Spider-Man et vu les films et je ne suis pas perdu. J’aime bien qu’on ne recommence pas encore une origin-story. On commence direct avec un Peter Parker qui incarne Spider-Man depuis quelques années. Il a fini l’école et je vous laisse découvrir sa relation avec Mary Jane.

Un aspect que j’aime vraiment bien pour une fois, c’est la VF ! La voix du héros est vraiment super bien ! Le personnage n’arrête pas de déconner, ça ressemble vraiment au personnage des comics ou celui des récents films. Ils ont bien géré ça en plus, y a plein de commentaires entre les missions principales sur ce qu’il vient de faire. La voix de Jonah Jameson est aussi excellente, en vieux bougon anti-Spiderman.

C’est donc un jeu que je recommande ! Pour ma part, je vais essayer de le finir d’ici la fin de l’année.

 

 

Enfin, pour préparer l’arrivée du second épisode, j’ai relancé ma PlayStation 3 pour finir Red Dead !

Red Dead Redemption (2008 – PS3)
+15h de jeu => 30h de jeu – FINI

Je pensais que ça allait être dur de revenir 10 ans en arrière mais finalement, ça va ! Le jeu est toujours aussi beau, même en 720p. C’est dire le talent de Rockstar à l’époque. Ce qui est (in)digne de la PS3 par contre, c’est les chutes de framerate par moment (on passe de 30 à 10 fps de visu par moment). Ça m’avait un peu gâché l’expérience sur certains titres en fin de génération (notamment Last of Us et GTA V).

Dans Red Dead, je m’étais arrêté en plein cœur du jeu en 2012. Surement parce que j’avais acheté mon premier PC gamer à l’époque et puis j’ai lâché la console. J’étais arrivé dans la partie mexicaine de la carte, il me restait donc bien la moitié du jeu à parcourir. J’ai vite raccroché les wagons au niveau de l’histoire, le jeu se répétant assez sur ses enjeux. J’ai vraiment bien aimé l’histoire. C’est un western typique mais diablement efficace, qui se base sur des personnages bien écrits. Les voix (d’office en VO, y a pas de VF dans les jeux Rockstar) sont excellentes. Y a juste question gameplay que c’est pas toujours évident, avec des imperfections dans le contrôle du cheval ou des combats. Les missions sont aussi parfois trop dirigistes, le moindre écart pouvant occasionner un game over. J’ai aussi trouvé saoulant ces moments où tu fais 5 min en cheval pour aller au point de la mission et arrivé là, on te dit que la mission ne se déclenche qu’entre 5h du matin et 16h.

Mais à part ça, c’est quand même un très grand jeu. Au niveau PS3, il fait désormais partie de mes classiques incontournables au côté de GTA V, Last of Us, Uncharted 2, Skyrim… j’en oublie surement. Une valeur sûre !

 

Séries

Jessica Jones saison 2
13 épisodes de 55 min / Netflix

Mon dieu que ça a été dur d’arriver au bout de cette saison 2 !

C’est horrible, je pense que ça m’est rarement arrivé de voir un si grand écart entre 2 saisons consécutives. On passe d’une excellente saison à une mauvaise d’un coup, d’un seul. Je pense que c’est même ma pire saison de l’année à l’heure d’aujourd’hui. Il ne se passe absolument rien !

L’histoire est vraiment barbante, que ça soit le fil rouge sans intérêt mais aussi les histoires des 3 personnages secondaires… Certaines scènes s’étirent tellement en longueur que j’avais envie de leur gueuler dessus pour arrêter le massacre. C’est pas possible de faire une séquence de 10 min avec l’avocate Jeri et sa protégée pour parler de leur passé et de vêtements. On s’en fout ! Pourquoi s’emmerder à faire 13 épisodes de 55 min quand tout pourrait tenir en 3-4 épisodes max ? Et même comme ça, je ne sais même pas si j’aurais eu ma dose… J’ai juste tenu parce que j’espérais que la série redécolle à un moment, parce que Krysten Ritter est quand même une bonne actrice, que cette ambiance est parfois sympathique mais là, trop, c’est trop.

C’est donc une très grosse déception. D’ailleurs, ça ne se devrait pas revenir en saison 3. Comme The Defenders, Iron Fist et Luke Cage qui se font fait dégager… Ok, les films/séries Marvel vont être progressivement retirer de Netflix (d’ici fin 2019) puisque que Disney veut créer son propre réseau de streaming mais là, c’est pire, la qualité n’est vraiment plus là, dans aucune de ces séries. Y a que Daredevil qui subsiste. Et éventuellement The Punisher mais attendons de voir la saison 2, qui ne devrait plus tarder.

 

 

Reverie saison 1
10 épisodes de 42 min

Reverie, c’est l’histoire de Mara Kint, une ancienne flic reconvertie en spécialiste du comportement humain, qui se fait embaucher pour participer à un programme de réalité virtuelle. Elle doit aider les participants qui sont tombés dans le coma alors qu’ils étaient connectés à l’univers fictif. Elle doit les ramener à la vie réelle avant qu’il ne soit trop tard.

Le problème, c’est qu’on va avoir droit à ce même schéma à chaque épisode. Présentation de la personne dans l’univers fictif, on demande à Mara de venir aider, elle va une première fois dans l’univers, elle enquête ensuite à l’extérieur pour découvrir l’environnement de la personne puis au final, elle arrive à la sauver. Bref, c’est vite redondant.

Le pire, c’est que l’actrice a commencé à me saouler passé la moitié de saison. Là, ça devenait mauvais signe. Je l’aime bien pourtant Sarah Shahi. Elle est plutôt bonne actrice, et pas dégueulasse à regarder, ce qui est un point à ne pas sous-estimer :) Je l’avais notamment déjà vu dans Life avec Damian Lewis (Homeland, Billions), elle était marrante là. Mais quand elle joue le drame, elle a vraiment une voix gnangnante qui me rend fou. J’ai cru qu’on était revenu au temps de Ghost Whisperer avec Jennifer Love Hewitt qui répétait sans cesse « Allez vers la lumière…« . 

J’attendais aussi beaucoup de Monsieur Dennis Haysbert (24, The Unit) mais malheureusement, il joue un rôle secondaire sans intérêt. C’est le boss du programme, c’est tout.  Il n’a pas vraiment pu montrer son talent…

Le seul moment où la série arrive à élever son niveau, c’est quand le fil rouge est parti sur la technologie et ses dérives avec notamment un antagoniste au programme. Mais ça arrive trop tard et c’est trop dilué dans la mièvrerie de l’ensemble. Bref, heureusement, je suis allé au bout des 10 épisodes et ça a été annulé. Une série terminée, une !

 

Elite saison 1
8 épisodes de 50 min / Netflix

Après ces 2 déceptions, il était temps de retrouver la foi. Et elle est venu d’une série pas du tout prévue à la base. Je sais pas pourquoi, j’ai vu ça dans les nouveautés Netflix et je me suis dit, « pourquoi pas » ?

C’est une série espagnole et en VO, ça le fait ! Ça change de mes habitudes. Je n’ai pas encore regardé La Casa de Papel mais ça me donne encore plus envie de la découvrir (c’est juste la durée qui me gêne pour la « caser » dans le planning).

Ici, c’est l’histoire de 3 étudiants provenant d’un milieu pauvre qui se retrouve débarquer dans un lycée de richous parce que leur école s’est écroulée à cause d’une mauvaise architecture.

On a donc droit à un vrai conflit des classes entre peuple et bourgeoisie, tout ça sur un fond d’enquête policière vu que la série commence par un flash-forward sur l’un des personnages qu’on découvre assassiné. Le but de la saison 1 est de retracer les événements qui ont amené au meurtre et de découvrir évidemment est le/la coupable.

Le scénario est bien ficelé, il distille ces rebondissements au fur et à mesure. C’est très moderne. Ça se penche aussi sur pas mal de thèmes actuels, que ça soit l’homosexualité, la drogue, la religion, le racisme, les différences sociales…

Niveau persos, Samuel est le héros trop sérieux, pas assez bad-ass. J’ai préféré son frère Nuno ou même encore Guzman, le méchant bourgeois arrogant. Nadia, la musulmane qui se décoince, a beaucoup de potentiel. Cristian est très marrant, c’est lui qui apporte beaucoup d’humour à la série, notamment quand il commence à jouer avec Polo et Carla, la petite marquise assez sexy.

On pourrait croire qu’on est sur un soap, et c’est vrai ,c’est un peu le cas. C’est des histoires de familles. C’est un peu le Gossip Girl espagnol mais en plus mature, comme s’il était sorti sur le câble US, genre sur Showtime. Parce qu’il y a quand même quelques scènes coquines et un peu de violence. Ça mérite donc bien quelques étoiles. Je regarderai la saison 2 !

 

Emission

Terrace House: Opening New Doors – partie 4
8 épisodes de 42 min / Netflix

Konbanwa ! C’est l’heure du suivi Terrace House ! :P La quatrième partie est désormais dispo sur Netflix (même si j’avais craqué, j’avais regardé quelques épisodes en avance via les réseaux alternatifs disons).

« Observer les amours naissants, c’est l’essence de Terrace House », comme le dit l’un des chroniqueurs. C’est une partie 4 avec des couples qui se forment, ou pas. Il y a peu de conflits entre ces habitants. Ils sont tous assez sympathiques. Ça rigole beaucoup, ça pleure aussi beaucoup, de joie ou de tristesse de se quitter. C’est vraiment des histoires très humaines qui, je le répète, sont très loin des télés-réalités françaises à la Chtis/Marseillais. Si les japonais voyaient ça, ils nous prendraient pour des fous furieux.

Là, c’est des histoires d’amitiés qui se développent au fil des semaines, c’est assez touchant par moment. C‘est même assez marrant de voir l’évolution après 4 parties, vu que certains sont là depuis super longtemps. Le plus ancien, c’est Taka qui est le seul habitant restant des 6 colocataires originaux de cette saison « Opening New Doors« . A l’épisode 4×08, ça va faire déjà quasiment 10 mois qu’il loge dans la maison ! Il est bien au chaud :)

Films

Encore une fois, je n’aurais pas explosé les records ce mois-ci. Seulement 5 films vus.

 

J’ai vu un seul « vieux » film :

Steak (2007)

En écoutant le podcast Super Ciné Battle, j’ai eu envie de découvrir l’univers du réalisateur Quentin Dupieux. Quoi de mieux que son premier film pour celui qui a ensuite fait Rubber, Wrong Cops, Réalité avec Alain Chabat et enfin, Au poste! avec Benoît Poelvoorde cette année. Je n’en ai donc encore vu aucun et je me suis dit qu’il fallait mieux à rentrer chronologiquement dans cet univers atypique. Et en effet, c’est le cas.

C’est vendu comme « la nouvelle comédie avec Eric & Ramzy », c’est assez trompeur. Même si le « avec » mets de la nuance. Ce n’est pas un film « de » Eric & Ramzy. Rien à voir donc avec leurs précédents films potaches, que ça soit La Tour Montparnasse Infernale (2001) ou Double Zero (2004). On n’est pas du tout dans leur univers habituel. Même si l’absurdité est toujours là, les rendant parfaits pour le rôle, vu qu’ils aiment ce registre-là.

Mais ici, on est plus dans la comédie noire. Eric se fait arrêter en début de film pour le meurtre que Ramzy a commis pour se venger d’autres étudiants qui le maltraitait. Eric va subir un traitement à la Orange Mécanique où il va devenir encore plus con qu’il ne l’était avant. Ramzy lui est devenu un bully, membre des Chivers, un groupe qui s’habille comme les joueurs de foot américain, qui prône la chirurgie esthétique et boive du lait. Oui, c’est con. Mais dans la logique du film, tout se tient plutôt bien. Le film est plutôt bien réalisé, la mise en scène est propre. Le début du film m’a plu mais je trouve qu’après, il n’arrive pas vraiment à décoller. Je n’ai pas beaucoup souri, les blagues tombent un peu à plat. C’est plus intriguant qu’autre chose…

11 / 20

 

 

Sinon, j’ai beaucoup été tapé dans les blockbusters de l’année.

Je vous mets les positions actuelles dans le classement 2018 par viewers sur Seriebox et dans le classement 2018 par moyenne.

 

Solo: A Star Wars Story (2018)

Actuellement 15ème film le plus vu de l’année 2018
60ème meilleur film de 2018

Je comprends maintenant pourquoi personne n’y croyait. Quand Disney fait aussi peu de promotion pour un Star Wars, c’est que ça sent le roussi.

Dès la scène d’introduction, ça sent même le pâté. Aucune intensité dans cette course poursuite !

Ensuite, ça se regarde, ce n’est pas un film ultra chiant non plus. J’aime notamment bien la scène d’attaque du train, même si totalement convenu. Mais pendant tout le long, c’est juste qu’il n’y a absolument rien de surprenant. Les acteurs font leur job, sans plus.

Un divertissement vite vu, vite oublié.

13 / 20

Annihilation (2018)

Actuellement 13ème film le plus vu de l’année 2018
63ème meilleur film de 2018

Voilà le deuxième film d’Alex Garland, le réalisateur du surprenant Ex Machina (2014). J’étais donc assez confiant de voir son nouveau mais je ne peux pas dire que j’ai été autant emballé.

C’est super beau, y a un petit côté Premier contact dans l’intrigue mais c’est surtout le petit côté gore plutôt inattendu qui m’a plu, avec cette faune et cette flore défigurée par l’événement extraterrestre. Y a vraiment une touche esthétique intéressante.

Par contre, le scénario est un peu plat, mal rythmé. Le casting est intéressant. J’ai bien aimé l’équipe de femmes, dont notamment Jennifer Jason Leigh (Atypical) et Tessa Thompson (Charlotte Hale dans Westworld). Par contre, Natalie Portman n’arrive pas être suffisamment intéressante pour tenir seule son film.

13 / 20

Jurassic World: Fallen Kingdom (2018)

Actuellement 9ème film le plus vu de l’année 2018
47ème meilleur film de 2018

Le film dont je n’en attendais vraiment rien, surtout après le trailer avec le volcan. C’est aussi bancal que l’était Le Monde Perdu par rapport au film original. On sent qu’ils ont galéré avec leur scénario. C’est tiré par les cheveux.

Après côté divertissement, je vais me répéter par rapport aux films précédents mais c’est un peu la même chose : ça fait le job. Y a des scènes d’action plutôt impressionnantes, c’est vu et revu mais je me suis pas emmerdé, sauf peut-être sur la fin où ça tire en longueur et où on enchaîne les événements trop invraisemblables.

13 / 20

Ant-Man and the Wasp (Ant-Man et la Guêpe) (2018)

Actuellement 11ème film le plus vu de l’année 2018
41ème meilleur film de 2018

Je finis enfin par le film le plus décevant. Après un premier opus qui m’avait surpris par son côté « film de braquage avec des super-héros », celui-là rentre dans le rang.

Y a vraiment pas grand-chose d’intéressant pour le sauver. C’est sans souci le Marvel le moins bon du MCU. Seul le post-générique m’a bien plu.

11 / 20

 

Dans ce classement des « films que tout le monde a vu ou presque », si je prends tout ceux à plus de 1.000 vues (toujours sur Seriebox, le site de référence évidemment), il m’en reste encore 6 à voir :

17 – Ocean’s Eight
16 – Fifty Shades Freed (Cinquante nuances plus claires)
12 – To All the Boys I’ve Loved Before (A tous les garçons que j’ai aimés)
10 – The Greatest Showman
8 – The Shape of Water (La Forme de l’Eau)
4 – Ready Player One

Dans le top 20, c’est plus compliqué, j’ai vu que 5 films des meilleurs films 2018 : 
20 – I, Tonya
19 – Darkest Hour
18 – Black Panther

17 – Ghostland
16 – First Man
15 – To All the Boys I’ve Loved Before
14 – Deadpool 2

13 – BlackkKlansman
12 – Midnight Sun
11 – Ready Player One
10 – Call Me by Your Name 
9 – Love, Simon
8 – The Incredibles 2

7 – Three Billboards Outside Ebbing, Missouri
6 – A Star is Born
5 – Isle of Dogs
4 – The Greatest Showman
3 – Avengers: Infinity War

2 – Koe no Katachi / Silent Voice
1 – Bohemian Rhapsody

Dans l’idéal, il faudrait donc que je vois Ready Player One, The Greatest Showman et To All the Boys I’ve Loved Before si je veux allier film populaire et bien côté.
The Shape of Water n’est pas mal classé aussi (24ème).

 

Musique

Ce mois-ci, j’aurais pu vous parler de Johnny mais… non :D

J’étais plutôt dans le mood rap US ce mois-ci. Beaucoup de Travis Scott, avec son featuring sur la fameuse chanson ZEZE de Kodak Black ou encore SICKO MODE avec Drake, qui a un clip très… spécial xD Vive les effets After Effects !

 

Eminem
Kamikaze

Rap – USA
10ème album studio – Sorti le 14 septembre 2018

Chansons préférées : Lucky You – Greatest – Stepping Stones – Kamikaze – Fall

Un an après Revival, Eminem revient en force pour clasher tout ceux qui l’ont démoli à ce moment là. Il fallait peut-être ça pour le faire revenir à son meilleur niveau. Je l’ai trouvé plus incisif et cassant, donnant un album beaucoup plus jouissif ! C’est pas encore The Marshall Mathers mais c’est déjà mieux ! Sur Stepping Stone, on retrouve d’ailleurs un peu les mêmes vibes. J’aime bien le début du clip Fall où on le voit recevoir pleins de notifs sur son smartphone avec tous les mecs qui le cassent pour son album ^^  C’est un peu ce qu’on retrouve sur tout l’album

 

 

sEE Ya !

 

 

  2 comments for “Mois, c’est moi 2×10 Spidey Gonzales

  1. 17 novembre 2018 at 13 h 32 min

    Ouh la, tu as la dent dure contre les séries et les films, ce mois-ci ! :) Je n’ai toujours pas vu la saison 2 de Jessica Jones mais je suis au regret de te dire qu’elle a déjà été renouvelée pour une saison 3. Reverie, tu sais que j’ai bien aimé. En série estivale, ça passait bien. Et pour les films, je pense regarder Solo avec mon fils dans les semaines qui viennent, et j’ai beaucoup aimé Ant-Man and the Wasp, pas autant que le premier mais c’était très divertissant.Et pour en revenir à ton séjour à Londres, j’adore cette ville et c’est prévu (un jour) que j’aille avec une copine voir les studios HP. Donc je saurai qu’il faudra que je réserve à l’avance.

    • baba
      baba
      17 novembre 2018 at 16 h 27 min
      Héhé, oui, j’ai la dent dure mais j’ai fait des mauvaix choix aussi :P Ça va un peu mieux ce mois-ci !
      Mea culpa pour Jessica Jones ! Merci, je n’avais pas vu l’annonce pour la saison 3. Ça ne pourra qu’être mieux, j’imagine :D
      Un bon mois de novembre à toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.