The Amazing Spider-Man 2 : pas si amazing que ça finalement

Spider-man revient encore une fois tisser ses toiles dans nos salles obscures !

C’est donc le 5ème film avec l’homme-araignée et le second depuis le fameux reboot, le pari risqué de Sony étant donné le succès populaire de la trilogie de Sam Raimi et le laps de temps très court depuis Spiderman 3 (2007 -> 2010). Repartir de zéro si tôt, c’était vraiment une idée stupide. Surtout en reprenant exactement les mêmes méchants et en transformant le tout en une comédie romantique sans intérêt.

Dans ce second-volet, on reste dans la continuité : trop niais, trop de romance et un spider-man cool, beaucoup trop cool. Il en fait des tonnes, il parle et blague tout le temps, à tout bout de champ, même quand ça craint. Alors oui, ça ressemble un peu plus au personnage des comics, pour ce que j’en ai lu (surtout la saga Ultimate) mais est-ce qu’il fallait le faire à ce point ? Je trouve que ça ne le rend pas crédible.

andrew-garfield-emma-stone-the-amazing-spider-man-2-movie-hd-1920x1080

Côté romance, on reste sur des intrigues ultra-classique : « -Je t’aime. -Moi aussi, je t’aime. Mais j’ai peur qu’on te tue à cause de moi ». Bordel, si tu faisais plus gaffe, elle ne risquerait rien. Genre, attérrir tranquillement (ou pas) en pleine rue, en espérant que personne ne le voit, NOR-MAL. Les détails, les mecs, les détails ! Gwen Stacy, elle est bien gentille mais elle est ausi bien co-conne encore une fois. J’aurais aimé une Gwen un peu plus rebelle et énergique. Là, y a 2 super-héros qui s’affrontent et elle vient se mettre dans leurs pattes… :/ Mais elle n’est pas la seule, les habitants sont aussi tous débiles, ils regardent tranquillement les combats des super-héros derrière de simples barrières. Le méchant, il est à 10m à tirer avec d’énormes mitrailleuses ou à balancer des éclairs mais eux, ils sont là, peinards, comme s’ils regardaient un concert de Lady Gaga. Planquez-vous nomdidiou !

Bon, l’interaction entre les 2 personnages est cependant là, ils vont bien ensemble et ils ont la tête de l’emploi. Reste qu’ils sont pas aidés par ce scénario et ces dialogues. Andrew Garfield a quand même quelques passages comiques qui lui sauve son film. Mais par contre, on repassera pour l’introspection et les grandes questions, ça passe un peu à la trappe.

ob_ceaa73_the-amazing-spider-man-2-power-electro

Pourtant, il y a de quoi s’extasier, les effets-spéciaux sont sympas, quoiqu’imparfaits. En version 2D, on sent un peu trop la 3D dans toutes les scènes où Spider-man vole. J’ai l’impression qu’il n’y a pas eu beaucoup d’évolution en 10 ans, ils auraient pu mieux travailler l’immersion. On sait très bien qu’avec un budget de 230M$, on sait faire d’excellents FXs, faut maintenant en profiter pour les utiliser intelligemment. J’ai eu parfois l’impression d’un gâchis.

L’attraction principal du film, c’est le méchant Electro, incarné par Jamie Foxx.  Mon dieu, qu’est-ce que t’es venu foutre dans ce bordel ? Besoin de manger ? Ses discours tiennent sur un ticket de métro : « Je suis triste, personne ne me remarque ». Ou encore, « Tu as oublié mon prénom, je vais te tuer ». Seriously ? Plus pitoyable que ça, tu meurs. Tu parles qu’avec son air de dingue, personne ne lui parle !

L’autre méchant du film, c’est encore une fois, Harry Osborn, le petit Bouffon vert. Comme si on n’avait pas encore assez bouffé de Bouffon au cinéma. Y a d’autres méchants dans la mythologie spidermanienne mais ils ont pas l’air de s’y intéresser. C’est comme si on mettait du Lex Luthor à chaque Superman ou du Joker à chaque Batman… … Ok, j’ai rien dit.  En plus, ils ont bien sûr choisi un jeune acteur, avec une bonne tête de méchant. Il est déjà catalogué, il va faire que des rôles de méchants. J’ai failli rire en le voyant se transformer. On aurait plus dit la Mouche que le Bouffon. Vraiment too much. Je vais même pas abordé le 3ème méchant, car on le voit 5 minutes…

Dane DeHaan

On nous avait promis que Parker affronterait simultanément 3 méchants et c’est FAUX. De toute façon, Spiderman 3 et X-Men 3 nous avaient déjà appris une chose : on ne fait pas de films avec trop de persos, ça rend la chose trop brouillonne. Ou alors, on s’appelle Joss Whedon; qui a réussi l’impossible avec Avengers. Nolan a même eu du mal dans The Dark Knight Rises avec la multitude de personnages. Alors Marc Webb, n’en parlons pas. Rappelons que c’est seulement son 3ème film après Amazing Spider-man et (500) jours ensemble. Ils ont donc bien fait (même si c’est pas forcément bien fait) de séquencer les méchants pour simplifier .

Enfin, un dernier point, j’ai quand même apprécié une intrigue parmi d’autres : celle sur les parents de Spider-man. Tout n’est pas parfait mais c’est les seuls passages que j’ai trouvé rafraîchissants et vraiment juste. Les flash-backs donnaient un peu de profondeur à l’histoire. Ça rattrape le fait que sa tante est devenue le personnage le plus inutile de la saga, on gâche le talent de Sally Field.

Bref, vous l’avez compris, ce n’est pas le film qui fera remonter la franchise dans mon estime. Tout est trop confus, le scénario et les dialogues sont mal travaillés. On suit une succession de scènes collées les unes avec les autres mais sans liant, sans émotions. Quand on arrive la fin, on ne ressent rien, on ne retient rien. La réalisation en fait des caisses et ça manque d’une patte graphique. Trop lisse, trop convenu. J’en demande peut-être un peu trop, j’ai peut-être trop pris l’habitude de ces blockbusters de super-héros, prenant le pas sur l’excitation des premiers films. Il y a 15 ans, on n’imaginait pas que ces films allaient avoir un tel succès. Mais je suis désolé, cet opus est tout juste un pop-corn movie pour passer le temps.

 

star_fullstar_fullstar_emptystar_emptystar_empty

Un film de Mark Webb,

avec Andrew Garfield (Peter Parker), Emma Stone (Gwen Stacy), Jamie Foxx (Matt Dillon) et Dane DeHaan (Harry Osborn)

Peter Parker a une vie très occupée partagée entre son combat contre les vilains et la personne qu’il aime, Gwen. Il attend donc son diplôme de fin de lycée avec impatience. Peter n’a pas oublié la promesse qu’il a faite au père de Gwen : la protéger en restant hors de son existence. Une promesse qu’il ne peut pas tenir. Les choses vont changer pour Peter quand un nouveau vilain fait son apparition, Electro, quand un vieil ami fait son retour, Harry Osborn, et quand Peter découvre de nouveaux indices sur son passé.

Sortie en France et Belgique le 30 avril 2014, aux USA le 2 mai 2014. (Fiche seriebox)

 

  3 comments for “The Amazing Spider-Man 2 : pas si amazing que ça finalement

  1. 12 août 2014 at 23 h 38 min

    Je dois le voir dans les prochains jours normalement mais je sais déjâ d’office qu’il neva pas me plaire plus que ça. Je cragnais un peu tous les points que tu as cité dans ton billet.

  2. 13 août 2014 at 19 h 58 min

    Eh bien, tu me confortes dans mon idée ! J’adore la trilogie de Sam Raimi et pour moi, Tobey Maguire reste un Spider-Man indétrônable, c’est pourquoi j’avais décidé de  »boycotter » les nouveaux Spider-Man… Ton avis me prouve que je fais bien, même si, au final, je suis pas mal sûr que je l’apprécierai quand même si je finissais par le voir (de même que le 1). ^^

  3. 17 août 2014 at 10 h 56 min

    Je ne connaissais pas beaucoup les anciens spider-man, je les ai vu mais ça ne m’avait pas transcendé ,loin de là.
    J’ai beaucoup aimé les nouveaux par contre, même si je trouve Gwen un peu cul-cul la praline ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *